Découvrir son cerveau pour mieux apprendre à l'éducation préscolaire

Allaire-Duquette, G., Brault Foisy, L.-M., & Masson, S. (2016). Découvrir son cerveau pour mieux apprendre à l'éducation préscolaire. Revue Préscolaire, 54(2), 24-26. url: labneuroeducation.org/s/Allaire2016.pdf

EXTRAIT. On peut faire profiter plus directement les élèves de ces récentes découvertes en explorant le thème du cerveau en classe. La compréhension que ceux-ci ont de leur cerveau peut avoir une influence positive sur leur personnalité et, en particulier, sur la façon dont ils se perçoivent comme apprenant (Lanoë, Rossi et Lubin, 2008). Explorer le cerveau permet d'accompagner les enfants dans la poursuite de la connaissance qu'ils ont d'eux-mêmes. En découvrant le cerveau, les élèves développent une meilleure compréhension de la pensée et de l'intelligence, ce qui peut améliorer leur engagement à apprendre.

Site de l'Association d'éducation préscolaire du Québec : www.aepq.ca

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Pour que s'activent les neurones

Masson, S. (2016). Pour que s'activent les neurones. Les Cahiers pédagogiques, 527, 18-19. url: labneuroeducation.org/s/Masson2016.pdf

RÉSUMÉ. Le cerveau a une grande capacité à modifier ses connexions neuronales pour s’adapter et apprendre. Aux enseignants d’utiliser cette plasticité et de favoriser l’activation neuronale répétée.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Blocking our brain: How we can avoid repetitive mistakes!

Brault Foisy, L.-M., Ahr, E., Masson, S., Borst, G., & Houdé, O. (2015). Blocking our brain: How we can avoid repetitive mistakes! Frontiers for Young Minds, 3(17), 1-9. doi:10.3389/frym.2015.00017

ABSTRACT. Persistent mistakes at schools are dif cult for teachers, parents, and most of all the children to deal with. Children who keep making the same mistakes tend to be viewed as bad students, but here we propose a different point of view! We think that children often make mistakes not because they do not know the correct answer, but because they fail to block a quicker but wrong answer that seems to make sense. Studies of the brain actually revealed that children, as well as adults, use an area of the brain called the prefrontal cortex to inhibit persistent mistakes. Learning to inhibit these mistakes is thus a promising way to help children overcome dif culties at school as well as to help us think more logically as we face problems in everyday life.

Neuromythes et enseignement : connaître les mythes sur le fonctionnement du cerveau pour mieux enseigner

Masson, S. & Blanchette Sarrasin, J. (2015). Neuromythes et enseignement : connaître les mythes sur le fonctionnement du cerveau pour mieux enseigner. Éducation Canada, 55(3), 32-35. url: labneuroeducation.org/s/Masson2015h.pdf

De récentes études ont montré que les enseignants croient souvent à des neuromythes, c'est-à-dire à de fausses conceptions sur le fonctionnement du cerveau. Ces neuromythes peuvent s'avérer problématiques pour la réussite des eleves, parce qu'ils peuvent orienter les pédagogues vers des pratiques d'enseignement qui ne sont pas entièrement compatibles avec le fonctionnement du cerveau de leurs élèves. Pour cette raison, dans cet article, les trois neuromythes les plus fréquents en éducation sont présentés et discutés. Le premier concerne les styles d'apprentissage, le deuxième est lié a la notion de « cerveau gauche et cerveau droit » et le troisième touche aux exercices de coordination visant l'optimisation du fonctionnement cérébral.

Neuromyths in education: It's time to bust these widely held myths about the brain

Masson, S. (2015). Neuromyths in education: It's time to bust these widely held myths about the brain. Education Canada, 55(3), 28-31. url: labneuroeducation.org/s/Masson2015i.pdf

Recent studies have shown that teachers often believe in common misconceptions about how the brain works. These neuromyths can be problematic for education, as they may cause teachers to use educational practices that are not entirely compatible with their students' brain function. This article presents and discusses the three most prevalent neuromyths. The first myth pertains to learning styles; the second relates to the notion of being "left- or right-brained"; and the third concerns coordination exercises that improve brain function.