Effets d’une intervention didactique en mathématiques au préscolaire visant le développement du contrôle inhibiteur sur l’apprentissage de préalables liés à l’arithmétique

Deshaies, I. (2017). Effets d’une intervention didactique en mathématiques au préscolaire visant le développement du contrôle inhibiteur et adaptée au fonctionnement du cerveau sur l’apprentissage de préalables liés à l’arithmétique. (Thèse de doctorat), Université du Québec à Trois-Rivières, Canada. url: http://depot-e.uqtr.ca/8031/ 


RÉSUMÉ : Une visée préventive des difficultés d’apprentissage au préscolaire en mathématique estfort documentée et bien présente dans le contexte scolaire actuel (García Coll et al., 2007; MEQ, 2003). Actuellement, la recherche se soucie de la prévention de cesdites difficultés. En ce sens, les travaux en didactiques des mathématiques combinées à ceux en neurosciences permettent d’envisager l’élaboration d’autres pistes de solutions pour aider ces élèves. À cet égard, la présente étude doctorale, présentée sous forme d'articles, propose de réfléchir sur les prérequis essentiels en mathématiques au préscolaire comme indicateur de réussite scolaire (article 1), puis sur les interventions pédagogiques visant à développer ces prérequis (article 2). Ces analyses permettent de fonder la création et l'expérimentation de deux interventions : la première ciblant le sens des nombres et le lien entre ce sens des nombres et le nombre symbolique et la seconde ciblant le sens desnombres, le lien entre ce sens des nombres et le nombre symbolique et l’inhibition. La création et l'expérimentation de ces deux interventions permettent de répondre à nos deux objectifs de recherche : 1- mesurer l’impact d’une intervention mathématique (sans et avec inhibition) versus un enseignement régulier pour une clientèle préscolaire; et 2- comparer l’impact d’un enseignement par inhibition versus un enseignement sans inhibition. Les données ont été recueillies auprès de 126 élèves d’âge préscolaire issus demilieux socioéconomiques moyens. L’analyse des résultats révèle que les deux interventions ont un effet significatif sur le développement des préalables visés comparativement à un enseignement régulier. De plus, l’intervention avec inhibition a permis de développer davantage le comptage et la conservation du nombre chez les élèves comparativement à un enseignement sans inhibition. L'introduction de cette thèse décrit la problématique générale de la recherche et le contexte théorique qui justifie la création et l'expérimentation d'une intervention destinée à l’enseignement desmathématiques au préscolaire. Le premier chapitre (article 1) est consacré à la recension des plus récentes recherches en lien avec les neurosciences et l’enseignement desmathématiques afin de déterminer quels sont les prérequis essentiels à cet apprentissage. Puis, le deuxième chapitre (article 2), fait état des programmes ou outils d’interventiondisponibles en mathématiques qui traitent d'un ou l’autre des prérequis détaillés dans l’article un. Ce deuxième chapitre se conclut par la pertinence de créer et d'expérimenter une intervention travaillant cesdits prérequis. Dans le troisième chapitre (article 3) nous discutons des résultats de l'expérimentation de ces interventions. Enfin, une discussion générale est proposée, de même que des recommandations pour la pratique enseignante etpour la mise à jour du programme d’enseignement actuellement disponible.

Quand le cerveau se « recycle » pour apprendre à lire et à compter

Brault Foisy, L.-M., Masson, S., & Dehaene, S. (2016). Quand le cerveau se « recycle » pour apprendre à lire et à compter. Vivre le primaire, 29(2), 57-59. url: labneuroeducation.org/s/Brault2016.pdf

RÉSUMÉ : Imaginons que vous enseignez en pre- mière année du primaire. En classe, vous observez un de vos élèves qui semble absorbé, depuis quelques minutes, à regarder les pages d’un livre. Vous constatez avec joie qu’il parvient à lire quelques mots simples, ce qu’il n’arrivait pas à faire jusqu’à tout récemment. Puis, au fil des jours et des semaines, vous constatez ses progrès : il parvient à lire des mots plus complexes et de manière plus fluide. Cela suscite chez vous une série de questions : comment s’expliquent ces progrès? Par quels mécanismes sommes-nous capables d’acquérir des apprentissages aussi fondamentaux que lire ou même compter?

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Aider les élèves à transformer leur cerveau en espaçant les périodes d'apprentissage

Masson, S. (2016). Aider les élèves à transformer leur cerveau en espaçant les périodes d'apprentissage. Vivre le primaire, 29(2), 29-30. url: labneuroeducation.org/s/Masson2016d.pdf

RÉSUMÉ : Dans cet article, il sera question de l’un des principes pédagogiques les plus efficaces pour aider les élèves à apprendre : l’espacement des périodes d’apprentissage. Après avoir présenté les effets de l’espacement sur les apprentissages et le cerveau des élèves, des stratégies seront suggérées à la fin de l’article pour faciliter la mise en application du principe d’espacement en classe.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Découvrir son cerveau pour mieux apprendre à l'éducation préscolaire

Allaire-Duquette, G., Brault Foisy, L.-M., & Masson, S. (2016). Découvrir son cerveau pour mieux apprendre à l'éducation préscolaire. Revue Préscolaire, 54(2), 24-26. url: labneuroeducation.org/s/Allaire2016.pdf

EXTRAIT. On peut faire profiter plus directement les élèves de ces récentes découvertes en explorant le thème du cerveau en classe. La compréhension que ceux-ci ont de leur cerveau peut avoir une influence positive sur leur personnalité et, en particulier, sur la façon dont ils se perçoivent comme apprenant (Lanoë, Rossi et Lubin, 2008). Explorer le cerveau permet d'accompagner les enfants dans la poursuite de la connaissance qu'ils ont d'eux-mêmes. En découvrant le cerveau, les élèves développent une meilleure compréhension de la pensée et de l'intelligence, ce qui peut améliorer leur engagement à apprendre.

Site de l'Association d'éducation préscolaire du Québec : www.aepq.ca

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Pour que s'activent les neurones

Masson, S. (2016). Pour que s'activent les neurones. Les Cahiers pédagogiques, 527, 18-19. url: labneuroeducation.org/s/Masson2016.pdf

RÉSUMÉ. Le cerveau a une grande capacité à modifier ses connexions neuronales pour s’adapter et apprendre. Aux enseignants d’utiliser cette plasticité et de favoriser l’activation neuronale répétée.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.