Is inhibitory control involved in discriminating pseudowords that contain the reversible letters b and d?

Brault Foisy, L.-M., Ahr, E., Masson, S., Houdé, O., & Borst, G. (2017). Is inhibitory control involved in discriminating pseudowords that contain the reversible letters b and d? Journal of experimental child psychology, 162, 259-267. doi:10.1016/j.jecp.2017.05.011

ABSTRACT: Children tend to confuse reversible letters such as b and d when they start learning to read. According to some authors, mirror errors are a consequence of the mirror generalization (MG) process that allows one to recognize objects independently of their left– right orientation. Although MG is advantageous for the visual recognition of objects, it is detrimental for the visual recognition of reversible letters. Previous studies comparing novice and expert readers demonstrated that MG must be inhibited to discriminate reversible single letters. In this study, we investigated whether MG must also be inhibited by novice readers to discriminate between two pseudowords containing reversible letters. Readable pseudowords, rather than words, were used to mimic early non-automatic stages of reading when reading is achieved by decoding words through grapheme–phoneme pairing and combination. We designed a negative priming paradigm in which school-aged children (10-year-olds) were asked to judge whether two pseudowords were identical on the prime and whether two animals were identical on the probe. Children required more time to determine that two animals were mirror images of each other when preceded by pseudowords containing the reversible letter b or d than when preceded by different pseudowords containing the control letter f or t (Experiment 1) or by different pseudowords that differed only by the target letter f or k (Experiment 2). These results suggest that MG must be inhibited to discriminate between pseudowords containing reversible letters, generalizing the findings regarding single letters to a context more representative of the early stages of reading.

Quand le cerveau se « recycle » pour apprendre à lire et à compter

Brault Foisy, L.-M., Masson, S., & Dehaene, S. (2016). Quand le cerveau se « recycle » pour apprendre à lire et à compter. Vivre le primaire, 29(2), 57-59. url: labneuroeducation.org/s/Brault2016.pdf

RÉSUMÉ : Imaginons que vous enseignez en pre- mière année du primaire. En classe, vous observez un de vos élèves qui semble absorbé, depuis quelques minutes, à regarder les pages d’un livre. Vous constatez avec joie qu’il parvient à lire quelques mots simples, ce qu’il n’arrivait pas à faire jusqu’à tout récemment. Puis, au fil des jours et des semaines, vous constatez ses progrès : il parvient à lire des mots plus complexes et de manière plus fluide. Cela suscite chez vous une série de questions : comment s’expliquent ces progrès? Par quels mécanismes sommes-nous capables d’acquérir des apprentissages aussi fondamentaux que lire ou même compter?

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Aider les élèves à transformer leur cerveau en espaçant les périodes d'apprentissage

Masson, S. (2016). Aider les élèves à transformer leur cerveau en espaçant les périodes d'apprentissage. Vivre le primaire, 29(2), 29-30. url: labneuroeducation.org/s/Masson2016d.pdf

RÉSUMÉ : Dans cet article, il sera question de l’un des principes pédagogiques les plus efficaces pour aider les élèves à apprendre : l’espacement des périodes d’apprentissage. Après avoir présenté les effets de l’espacement sur les apprentissages et le cerveau des élèves, des stratégies seront suggérées à la fin de l’article pour faciliter la mise en application du principe d’espacement en classe.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Découvrir son cerveau pour mieux apprendre à l'éducation préscolaire

Allaire-Duquette, G., Brault Foisy, L.-M., & Masson, S. (2016). Découvrir son cerveau pour mieux apprendre à l'éducation préscolaire. Revue Préscolaire, 54(2), 24-26. url: labneuroeducation.org/s/Allaire2016.pdf

EXTRAIT. On peut faire profiter plus directement les élèves de ces récentes découvertes en explorant le thème du cerveau en classe. La compréhension que ceux-ci ont de leur cerveau peut avoir une influence positive sur leur personnalité et, en particulier, sur la façon dont ils se perçoivent comme apprenant (Lanoë, Rossi et Lubin, 2008). Explorer le cerveau permet d'accompagner les enfants dans la poursuite de la connaissance qu'ils ont d'eux-mêmes. En découvrant le cerveau, les élèves développent une meilleure compréhension de la pensée et de l'intelligence, ce qui peut améliorer leur engagement à apprendre.

Site de l'Association d'éducation préscolaire du Québec : www.aepq.ca

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.

Pour que s'activent les neurones

Masson, S. (2016). Pour que s'activent les neurones. Les Cahiers pédagogiques, 527, 18-19. url: labneuroeducation.org/s/Masson2016.pdf

RÉSUMÉ. Le cerveau a une grande capacité à modifier ses connexions neuronales pour s’adapter et apprendre. Aux enseignants d’utiliser cette plasticité et de favoriser l’activation neuronale répétée.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'article.